Journal d’une noire … C’est un peu bizarre comme titre non ? Mais j’ai envie d’écrire et ce titre correspond à ce que je veux dire. J’ai envie d’écrire à propos de pleins de choses, trop de choses. Tellement de choses que je ne sais pas par où commencer. Alors, je me suis dis que j’allais parler des choses de la vie. Dis comme ça, ça fait un peu cul-cul la praline non ? Ouais, un peu quand même. Si j’étais une lectrice, je me demande si j’aimerais lire ce genre de phrases sur le blog d’une nana de 20 ans. Bon attention, je ne prétends pas tout savoir sur la vie, bien au contraire. En réalité,  je n’arrête pas de me répéter que je n’aurais jamais assez d’une seule vie pour comprendre, voir, découvrir ou entreprendre tout ce que j’ai envie de faire ou de vivre. Quand je dis que j’ai envie de parler sur la vie, je devrais plutôt dire, que j’ai envie d’écrire sur la vie vue par moi, jeune fille noire de 20 ans.  Bon là, vous devez vous dire “Non mais la fille, elle nous dit qu’en gros sous prétexte que tu es noir ou blanc tu vois les choses différemment, non mais n’importe quoi …”. Bah, en fait je crois que oui … Euh enfin non, attendez j’ai pas une vision des choses à l’opposé des blancs, bien au contraire hein.  Je pense juste que parfois, il y a des choses que toi jeune fille ou jeune homme blanc tu ne peux pas comprendre comme moi. En fait, j’ai remarqué ça car je suis une grande observatrice. J’adore observer les gens, essayer de comprendre leurs réactions … Du coup tout cela me pousse à plus réfléchir et à me poser bien plus de questions qu’avant et parfois c’est un peu difficile. Depuis que je comprends certaines choses, c’est devenu un peu difficile de réfléchir à propos de certains sujets. Bon je ne sais pas si vous avez compris ce dont je vais vous parler, car c’est un peu brouillon dans ma tête. Je veux tout simplement dire ce que c’est qu’être noir aujourd’hui en France. Concrètement je n’ai jamais été une grande victime de racisme. Bien évidemment je mentirais si je vous disais que l’on ne m’a jamais insultée ” à cause ” de ma couleur de peau. C’est déjà arrivé quand j’étais enfant, mais en fait, je me fais souvent insulter à propos de ça, sur Facebook. Ah oui, je ne vous ai pas dis, je suis la première à hurler lorsque je lis des commentaires infâmes et débordant de haine, sous des articles postés par des journaux type le parisien, ou bfmtv (bref vous voyez quoi). Donc, voilà, je défends des valeurs, qui me tiennent à coeur et comme ça ne plaît pas à certains je me fais insulter (normal non?). Pour ces gens qui m’insultent, c’est simple, ils voient que je suis noire, donc la plus simple des façons de m’attaquer c’est en parlant de ma couleur de peau, et de mes origines. Alors, on m’en a dit des sacrés, et je vais même commencer par le meilleur commentaire. Je répondais un homme qui devait vraiment être mal dans sa peau pour en vouloir autant aux migrants. Je pense que ça ne lui a pas plu car il m’a répondu une jolie phrase (attention âmes sensibles s’abstenir):  ” Va te faire foutre avec ta sale chatte excisée “. Bah oui tout le monde sait que comme je suis noire je suis forcément une victime de l’excision. Il faut savoir que selon l’Unicef 200 millions de femmes sont des victimes de l’excision dans le monde : ” 44 millions de femmes excisées ont moins de 14 ans. Toutes les six minutes, une femme ou un enfant est touché. Cette mutilation fait de plus courir de graves risques d’hémorragies, souvent mortelles, ou de septicémie, tant les instruments sont rudimentaires et l’hygiène inexistante.” Et puis j’ai eu des choses du genre ” Retourne dans ta case “, ” Tu t’es vue avec tes cheveux de négresse, tout crépus “, ” Ah ça y’est la noire se victimise sous prétexte que son peuple fut colonisé “, ” Retourne dans ton pays “. Puis il y a quelques semaines j’ai eu une pépite de l’ignorance : ” Ca serait moi, je rétablirais l’esclavage car c’est là qu’est ta place “, ” On sait tous ce que les maitres des esclaves faisaient aux femmes esclave, je vais te faire pareil”. Bon j’arrête parce qu’on risque de croire que je me victimise vraiment. Or ce n’est vraiment le cas. Tout ce que je viens de vous dire est bel et bien réel, et c’est malheureusement ce que certaines personnes pensent. Pourtant, si je m’en plains on m’accuse de me victimiser et de voir du racisme partout. Alors oui, je le sais et vous aussi vous le savez les richesses de l’Afrique ont été pillés lors de la colonisation. Pourtant, jamais je n’utilise cet argument pour défendre mes valeurs. J’ai juste envie que l’on me traite comme les autres. Bon, comme je l’ai dis plus haut, je ne suis pas une grande victime du racisme, je sors de chez moi sans avoir peur de me faire agresser ou tuer sous prétexte que je suis noire (coucou les USA), mais parfois je ne me sens pas bien. Je ne me sens pas bien car j’ai l’impression que j’ai une pression énorme sur mes épaules. Alors, cette pression je pense que je me l’a créee moi même, mais je pense aussi que certaines personnes font tout pour j’ai cette pression ou du moins pour que je la ressente. Je vais vous raconter une “anecdote” qui m’est arrivée en février dernier pour que vous compreniez mieux ce que je ressens. J’étais dans le train direction Paris, pour rentrer chez mes parents et sur le siège devant moi se trouvait une jeune fille noire qui écoutait de la musique. Puis, on s’est arrêtés à Poitiers et un couple est entré dans le train. Lorsqu’ils sont arrivés à leurs places, ils se sont rendus compte que cette jeune fille était assise à leur place. Jusque là rien de bien grave hein. Mais, l’homme a parlé à cette fille comme à une vulgaire merde (excusez moi de l’expression). Ouais, clairement il lui a parlé sur un ton extrêmement dur et grave et lui a dit ” Euh c’est ma place donc va falloir partir là”. Je me suis dis que ce monsieur était certainement tout le temps comme ça avec tout le monde. Mais quand j’ai vu la jeune fille s’excuser au moins cinq fois, la tête rentrée dans les épaules, j’ai compris. J’ai compris ce qu’elle ressentait. J’ai compris parce que c’est également ce que je ressens. Tout à coup, j’ai compris ce que c’est qu’être noir aujourd’hui en France. Aujourd’hui, quand on est noir, il faut être plus poli, plus aimable, plus souriant, plus calme, plus serviable, plus agréable… Parfois, je me sens obligée d’être plus tout le temps, plus pour ne pas que les gens pensent “encore ces étrangers qui nous font chier”. D’ailleurs, en janvier il m’est arrivé encore quelque chose dans le train qui m’a mise plus que mal à l’aise. Je rentrais à Bordeaux avec mon lapin qui était dans sa caisse. Bien évidemment la scnf avait vendu plus de billets que de places je me suis donc retrouvée sans place avec ma valise d’une tonne et mon lapin. Impossible de rester debout pendant 4 / 5 h, j’ai donc traversé tout le train pour trouver une place. J’en ai trouvée une dans un carré, vous savez les places à 4. En face de moi se trouvait un père et sa fille. Bon quand je me suis assise j’ai senti que je dérangeais je me suis dis tant pis. Quand la petite fille a vu que j’avais une caisse avec un animal dedans elle m’a demandé ce qu’il y avait dedans, mais son père lui a littéralement tiré le bras pour lui faire comprendre que : “Je t’ai interdit de parler aux gens qui ne sont pas de la même couleur que toi”. Là, j’ai su que le trajet n’allait pas être le plus cool de ma vie. Pendant les 5h, le mec n’a pas arrêté de me lancer des regards méchants, de souffler dès que je bougeais, m’a dit que mon lapin prenait toute la place. Evidemment, tout le train me regardait, je me suis sentie tellement mal. Et puis, il m’a donné un coup. Il ne m’a pas frappé hein, mais il m’a donné un coup de pied dans le tibia, je l’ai senti, lui aussi puisqu’il m’a regardé. Mais il ne s’est pas excusé pour autant. Et moi ? Bah j’ai rien dis. Limite, je me suis sentie obligée de m’excuser. Et ça je le ressens tellement souvent. Je me sens obligée, de m’excuser encore plus quand je bouscule quelqu’un sans le faire exprès par exemple parce que j’ai peur de ce qu’il va penser de moi. En disant ça, on pourrait avoir l’impression que je ne pense qu’à ce que les autres pensent de moi mais ce n’est pas du tout ça. C’est juste que bah je suis noire quoi. Ouais je suis noire et même si ce n’est pas ce que la plupart des gens pensent, je sais que certains se disent que moi je n’ai rien à faire ici parce que je ne suis pas de la même couleur qu’eux. Je vous l’accorde cette pression je me la crée moi-même. D’ailleurs je pense qu’en lisant mon article vous allez vous dire que je dois être martyrisée alors que pas du tout. C’est juste que je pense que si tu n’es pas noir, c’est difficile de comprendre ce que je ressens. Alors voilà j’avais envie d’expliquer ça.

PS : La photo a été prise lors d’un rassemblement  “Je suis Charlie ” en Janvier 2015. Il s’agit de ma main et de celle d’un inconnu. Je trouve qu’elle est très parlante.

 

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernièrement sur instagram

@lesouriredemarcel

6   230
3   138
11   309
15   242
51   423
24   534
4   256
5   227