1,2,3 ... lisez

Il y a quelques semaines j’ai réalisé un sondage sur instagram pour savoir si vous préfériez un article sur mes inspirations ou sur mes dernières lectures. Malheureusement (pas si malheureux que ça finalement), c’est l’article sur l’inspiration qui l’a emporté. Cependant, vous avez été plusieurs à m’envoyer des messages pour me dire que vous aimeriez bien que j’écrive un article sur mes livres. Alors, ni une, ni deux j’ai fais des petites photos de mes dernières lectures, du moins de mes livres coups de coeur dans mes dernières lectures. En effet, j’ai longtemps hésité à toutes vous les présenter ou à faire une petite sélection et finalement j’ai opté pour cette dernière option. Je vous laisse donc les découvrir ci-dessous :

Lire: jamais plus
Jamais plus de Colleen Hoover — Hugo Poche – 2018

Quatrième de couverture : 

Jamais plus Lily Blossom Bloom n’a pas eu une enfance très facile, entre un père violent et une mère qu’elle trouve soumise, mais elle a su s’en sortir dans la vie et est à l’aube de réaliser son grand rêve : ouvrir, à Boston, une boutique de fleurs. Elle vient de rencontrer un neurochirurgien, Ryle, charmant, ambitieux, visiblement aussi attiré par elle qu’elle l’est par lui. Le chemin de Lily vers le bonheur semble tout tracé. Elle hésite pourtant encore un peu : il n’est pas facile pour elle de se lancer dans une histoire sentimentale, avec des parents comme les siens. Choisir cette vie, c’est aussi tirer un trait sur son passé et Atlas, ce jeune homme qui a été son premier amour et qui a profondément marqué son adolescence. L’avenir semble limpide et simple mais il peut s’obscurcir très vite… Une jeune femme face au cycle de la violence.

Mon avis : 

J’ai beaucoup aimé ce livre. Je l’ai d’ailleurs lu en une soirée pour dire. Alors il faut savoir que j’ai lu énormément de romance lorsque j’étais adolescente mais disons que ça faisait quelques temps que je n’avais pas lu un livre ayant pour thème principale : l’amour. J’avais un peu du mal à avouer que c’était un genre qui me plaisait car ça faisait un peu “loveuse du dimanche” ce que je ne suis ABSOLUTLY NOT ! Mais après avoir lu de nooombreux avis à propos de ce livre (et aussi après avoir attendu sa sortie poche), je me suis décidée à l’acheter et je n’ai pas de regret. En effet, j’ai été absorbée par l’écriture de Colleen Hoover. Ce qui m’a énormément plus dans ce livre c’est surtout son côté psychologique et les nombreux choix difficiles à faire. Il faut savoir que l’histoire traite d’un sujet vraiment très dur qu’est la violence ou plutôt les violences, car elles sont tant physiques que psychologiques. D’autant que l’autrice ne mâche pas ses mots pour en parler. Je me suis tellement attachée à Lily qui a vraiment une évolution constante. Très honnêtement je me suis beaucoup placée à sa place, j’ai pleuré avec elle, j’ai douté avec elle, j’ai aimé avec elle … Bref, vous l’aurez compris je suis ce genre de personne qui se plonge entièrement dans une fiction ahah.

Note : 7 / 10

Lire : Bad feminist
Bad Feminist de Roxane Gay — Denoël – 2018

Résumé

Bad Feminist. Derrière ce titre ironique, Roxane Gay développe une réflexion révolutionnaire et bienvenue sur l’état actuel du féminisme. Lassée des prises de position parfois trop clivantes de certaines organisations féministes, et fatiguée d’entendre des femmes dire qu’elles ne sont pas féministes, elle rappelle que la défense de l’égalité des sexes ne dispense pas d’assumer ses contradictions : on peut aimer la télé-réalité, se peindre les ongles en rose et revendiquer le fait d’être féministe. Bad Feminist regroupe ses chroniques initialement publiées dans The Guardian et sur le site The Rumpus. Roxane Gay y parle de culture, de race, de sexe et de genres, de stéréotypes sur l’amitié féminine, en se fondant sur sa propre histoire de femme noire dans l’Amérique contemporaine. Le portrait qui émerge en filigrane est celui d’une femme au regard d’une incroyable justesse, aussi bien sur elle-même que sur notre société. Une société dans laquelle les produits culturels que nous consommons entretiennent bon nombre de stéréotypes qui finissent par nous définir. Après avoir lu Bad Feminist, vous ne verrez plus les femmes, ni le monde, de la même façon.

Mon avis

Tout d’abord, je dois vous dire que je n’ai pas fini ce livre. Mais ce n’est pas grave, car il s’agit d’une compilation de textes que l’autrice a écrit pendant plusieurs années dans différentes revues (ou non). Secondement, vous devez absolument lire ce livre. Roxane Gay m’a tellement appris à propos du “black feminism”, de la condition des femmes, noires et grosses aux Etats-Unis. Elle nous fait part de nombreuses anecdotes de sa vie en tant qu’enfant, adolescente mais également en tant que professeure mais aussi et surtout en tant que femme. Vraiment ce livre est une bible que toutes les femmes (pas que les femmes noires) devrait lire. J’ai également beaucoup aimé la traduction française qui est parfois difficile car elle traduit réellement l’américain et le ton est (je pense) très proche de ce qu’écrit Roxane Gay. Bref, si vous vous intéressez au féminisme et pas uniquement au white feminism je vous invite fortement à lire ce (gros) livre qui vous apprend énormément de choses et surtout vous ouvre l’esprit.

Note : 10 / 10

Lire : Mille petit riens, The hate u Give, Libres
Mille petits riens de Jodi Picoult — Actes Sud – 2018 
The Hate U Give de Angie Thomas — Nathan Jeunesse – 2018
Libres ! : manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels de Ovidie et Diglee — Delcourt – 2017

Mille petits riens — Quatrième de couverture : 

Ruth est sage-femme depuis plus de vingt ans. C’est une employée modèle. Une collègue appréciée et respectée de tous. La mère dévouée d’un adolescent qu’elle élève seule. En prenant son service par une belle journée d’octobre 2015, Ruth est loin de se douter que sa vie est sur le point de basculer. Pour Turk et Brittany, un jeune couple de suprémacistes blancs, ce devait être le plus beau moment de leur vie : celui de la venue au monde de leur premier enfant. Le petit garçon qui vient de naître se porte bien. Pourtant, dans quelques jours, ses parents repartiront de la Maternité sans lui. Kennedy a renoncé à faire fortune pour défendre les plus démunis en devenant avocate de la défense publique. Le jour où elle rencontre une sage-femme noire accusée d’avoir tué le bébé d’un couple raciste, elle se dit qu’elle tient peut-être là sa première grande affaire. Mais la couleur de peau de sa cliente, une certaine Ruth Jefferson, ne la condamne-t-elle pas d’avance ? Avec ce nouveau roman captivant et émouvant, Jodi Picoult aborde de front le grand mal américain et nous montre – à travers les petits riens du quotidien, les pas vers l’autre – comment il peut être combattu.

Mon avis : 

Comment vous dire … Ce livre m’a tout simplement submergé d’émotions … Vraiment j’ai rarement été aussi marqué par un roman et je pense que celui entre désormais dans mon top 3 ! Et pourtant, c’était très mal parti ! Comme vous pouvez le lire dans le résumé ci-dessus, il s’agit d’un livre qui traite du racisme et pas le racisme ordinaire, mais bel et bien celui des néo-nazis envers les noirs (et tout ceux qui ne sont pas blancs ou chrétiens …). Et pourtant ce livre est écrit par une femme blanche. Croyez moi, j’ai failli arrêter ma lecture au bout de 10 pages car savoir que l’autrice était blanche m’a énormément (genre beaucoup beaucoup) dérangé ! Pour moi elle s’appropriait le racisme, qu’elle n’a jamais vécu en tant que femme blanche, soit en tant que privilégiée. Et puis, le début du livre était, selon moi vraiment pleins, de clichés tellement énormes que j’étais dans une colère folle en lisant cela. Pourtant le sujet m’a poussé à continuer et j’ai bien fait ! Je me suis plongée corps et âme dans ce livre et je pense pouvoir dire que, que j’ai appris énormément de choses grâce à ce roman. En effet, Jodi Picoult a fait un réel travail d’investigation pour ce livre et cela se ressent. Je pense également que ce qui m’a permis d’aimer ce livre malgré cette forte réticence dû à la couleur de peau, c’est parce que nous avons la vision de 3 protagonistes. Chaque chapitre donne la parole soit à Ruth la sage femme, soit à son avocate, soit au néo-nazi. Finalement nous avons 3 points de vues à l’opposé pour Ruth qui est noire et pour le néo-nazi suprémaciste blanc et un juste milieu avec l’avocate. Enfin, j’ai énormément apprécié la postface de l’auteure qui a été pour moi, indispensable ! Je ne veux pas vous en dire trop car il y a tellement de rebondissements auxquels ont ne peut vraiment pas se douter qu’il mérite vraiment d’être entièrement découvert.

Note : 9 / 10

The Hate U Give — Quatrième de couverture :

Le roman qui bouscule l’Amérique Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier rythmé par les guerres entre gangs et les descentes de police. Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les ; jours, elle fait le grand écart entre ces deux mondes. Sa vie vole en éclats le soir où son ami Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, Starr va apprendre à redresser la tête.

Mon avis :

Tout comme le livre précédent, ce livre m’a boulversé ! J’en ai d’ailleurs pleuré tellement j’ai été touché par cette histoire. En finissant ce roman, je me suis dis que j’aurais adoré lire ce livre lorsque j’avais 15 ans. L’histoire est énormément d’actualité aux Etats-Unis donc elle a énormément raisonné en moi ! Je me suis tellement très proche du personnage de Starr car j’ai eu le sentiment d’avoir de nombreux points communs avec elle. Après réflexion je ne pense pas avoir tant de points communs que cela, mais un assez gros : nous avons toutes les deux étaient deux adolescentes noires dans un monde de blancs et nous avons donc vécu plus ou moins les mêmes choses. Je dis plus ou moins car Starr vit aux Etats-Unis, et ce livre m’a permit de réaliser que finalement vivre aux Etats-Unis et vivre en France quand on est noir.e, ce n’est pas vraiment la même chose. Ce qui a énormément raisonné en moi c’est notamment ce que vit Starr avec ses ami.es majoritairement blanc.he.s. C’est pour cette raison que lire ce livre lorsque j’étais adolescente m’aurait vraiment aidé et m’aurait également forgé. J’ai malheureusement, comme de nombreuses jeunes filles noires, grandit avec des modèles blanc.he.s et cela a encore des répercutions sur moi, notamment par rapport à la représentation de la beauté. Pour vous dire lorsque j’avais 14 ans mon modèle c’était Agyness Deyn … soit la personne la plus éloignée de moi physiquement disons le. Bref, tout ce que ressent Starr je l’ai ressentie et encore maintenant. Et puis bien évidemment l’histoire en elle même qui est vraiment horrible et pourtant si réelle. Je vous invite sincèrement à lire ce livre que j’ai vraiment adoré. Si vous pouvez le recommander à deux jeunes filles je pense que ça leur plaira. Et sachez qu’une adaptation cinématographique va sortir courant Octobre il me semble et pour une fois je suis trèèèèès  satisfaite du casting !

Note : 10 / 10

Libres ! : manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels — Quatrième de couverture : 

« La seule certitude qu’il nous reste en matière de sexe : nous sommes les seules décisionnaires de ce que nous faisons de notre corps et rien ni personne ne devrait jamais nous dicter notre conduite. » Ovidie

Mon avis :

Le premier mot qui me vient à l’esprit lorsque je pense à ce livre c’est : ENFIN ! Je crois que ça faisait longtemps que j’attendais de lire un livre aussi libérateur dans tous les sens du terme. Je connais l’illustratrice Diglee depuis quelques années maintenant et je suis tout simplement fan de son univers. Je vous invite fortement à la suivre sur Instagram. Et puis je connais Ovidie depuis 1 an je pense, que j’ai découverte en écoutant le podcast de La Poudre ! J’ai adoré cette femme à la seconde où je l’ai entendu parler, et je l’aime encore plus après avoir lu ce livre. Cela fait quelques mois que je m’intéresse de plus en plus à la sexualité tant scientifiquement, que sociologiquement ou encore psychologiquement et je dois vous avouer que je trouve ce vaste sujet ultra passionnant. Il y a vraiment énormément de choses à découvrir. Ce livre est selon moi un passage un peu obligatoire si vous avez envie d’en découvrir plus à ce sujet. Ovidie nous explique très simplement mais également très directement les choses et ça c’est vraiment cool ! J’ai adoré son ton, et cette façon de nous déculpabiliser de tout. J’ai bien évidemment fait de nombreuses découvertes. Je peux vous assurer que ce livre vous ouvrira l’esprit sur de nombreuses pratiques sexuelles (ou autres …). Selon moi, ce genre de livre sont vraiment importants dans un monde comme le notre et pour des personnes qui comme vous et moi, souhaitent vivre dans un monde plus tolérant. Et puis nous pouvons parler des illustrations de Diglee qui sont vraiment top de chez top comme à son habitude. C’était assez drôle de lire ce livre, dans le tramway pour ma part car les illustrations sont hyper explicites ahah. Bref, si j’ai un livre à vous recommander sur le féminisme et sur le sexe en général je vous conseille vraiment ce livre, bien qu’il soit un peu court selon moi.

Note : 9 / 10

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernièrement sur instagram

@lesouriredemarcel

6   228
3   138
11   309
15   242
51   423
24   534
4   256
5   227